09/05/2018

Un peu de bon sens, M. Vielliard !

Une fois de plus, le maire de Saint-Julien, M. Antoine Vielliard,  veut faire la loi à Genève. Maintenant il cherche àimposer aux entreprises de notre canton d’engager des ressortissants de pays européens et d’empêcher au maximum l’embauche de travailleurs locaux. Pour ce faire, il menace de transmettre aux institutions européennes les employeurs suisses qui auraient le malheur d’engager des habitants de notre canton et de publier des offres d’emploi à cette fin. On croit rêver.

Cette attitude est tout à fait incompréhensible et ne peut être tolérée, notamment parce que M. Vielliard veut placer une contrainte supplémentaire, grotesque par ailleurs, aux entreprises genevoises.

Le Maire de Saint-Julien n’a pas à imposer ses volontés au canton de Genève, de même qu’il ne viendrait pas à l’esprit des Genevois d’imposer un diktat à la ville frontalière. S’écartant de la pure logique, M. Vielliard joue le rôle du bailli qui veut mettre Genève au pas.

L’engagement de travailleurs locaux ainsi que le fait de favoriser les entreprises locales relèvent du bon sens. Autant en termes écologiques que de maintien de la cohésion sociale, la défense de la proximité est une nécessité. D’ailleurs, la région Rhône-Alpes-Auvergne développe une politique résolue en faveur des entreprises locales d’une manière beaucoup plus affirmée que le canton de Genève dont la politique reste trop modérée en la matière.

Qu’une entreprise genevoise donne la priorité aux employés résidant sur le territoire du canton relève du bon sens. En particulier, un résident genevois peut donner des garanties au niveau de sa solvabilité (Registre des poursuites notamment) qui n’a pas son équivalent sur le territoire français et européen.

Si on suit le Maire de Saint-Julien dans ses visions « européennes », jusqu’où ira-t-on ? Va-t-on imposer aux entreprises genevoises des syndicats français du type CGT et leurs cortèges de grèves ainsi que les conflits sociaux sans fin ? Va-t-on imposer le droit du travail à la française qui est connu pour ses très nombreux défauts ?

Une fois de plus, M. Antoine Vielliard démontre qu’il n’est pas raisonnable. Au lieu de se plaindre, il devrait au contraire remercier le canton de Genève qui permet à sa ville de disposer d’une prospérité que de nombreuses communes françaises peuvent lui envier.

17:24 Écrit par Ana Roch dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.